Publié par

Manifeste de la marque Kulile

La crise sanitaire que nous traversons remet en question nos priorités en tant qu’individu, citoyen et consommateur. Nous tentons de nous réinventer et faisons preuve de créativité pour nous dépasser. Nous avons découvert de nouvelles formes de solidarité, de responsabilité et de proximité.

Des nouvelles valeurs, qui étaient émergentes, sont en train de s’affirmer, avec une volonté collective de ne pas revenir comme « avant ».

Ces dernières semaines, certaines entreprises ont été capables de se réinventer en transformant leur ligne de production, en sollicitant leur communauté et en faisant preuve d’une grande solidarité.

En tant que consommateur, nos attentes face aux entreprises vont changer. Nous allons souhaiter plus de transparence, une responsabilité sociale et environnementale plus affirmée et une revalorisation du savoir-faire industriel européen. Nous allons chercher à comprendre ce qui se cache derrière un prix. Nous allons souhaiter donner encore plus de sens à notre consommation.

Avec cette crise, nous redécouvrons aussi toute l’importance de notre lieu de vie, qui est évidemment bien plus qu’un lieu de confinement, puisque qu’il est avant tout un lieu de bien-être. Nous envisageons notre maison avec un regard neuf : est -ce que je m’y sens bien ?  Est-ce que chaque membre de la famille y trouve son espace ? Est-ce que chacun s’y sent respecté dans son unicité ?

Depuis le lancement de Kulile, marque de mobilier personnalisable, nous avons fait le choix de la fabrication européenne, avec un partenaire de confiance au Portugal. Nous avons fait le choix du design intemporel, pour un produit dont on ne se lasse pas. Nous avons fait le choix de la qualité, pour un produit qui n’est pas jetable. Nous avons fait le choix de reverser 1% de notre chiffre d’affaire à des associations œuvrant pour la reforestation des forêts en France. En vous proposant de créer un meuble unique, fabriqué à la commande, nous vous garantissons qu’il n’y a aucun surstock et donc aucun gâchis.

Nous espérons évidemment sortir au plus vite de cette période, grandi peut-être, résilient sans doute. Nous espérons qu’elle permettra une prise de conscience des consommateurs, comme cela a déjà été le cas dans l’alimentaire et plus récemment dans le textile, que choisir son mobilier peut aussi être une démarche engagée.